L'Ostéopathie Animale

Une alternative complémentaire à la médecine vétérinaire

Avec plus de 20 millions de chats, chiens et chevaux, la France est le pays d’Europe qui compte le plus d’animaux de compagnie. La question du bien-être animal est centrale et l’ostéopathe animalier a toute sa place pour apporter son expertise et son savoir-faire.

L’ostéopathie est une médecine bénéfique pour l’Homme et pour les animaux.

Ces dernières années, l’évolution des médecines alternatives dans la chaîne de santé a permis de mettre en évidence les bienfaits thérapeutique de l’ostéopathie sur l’humain et sa complémentarité avec la médecine classique. Aujourd’hui et parallèlement à ce développement, l’ostéopathie animale a trouvé sa place dans le soin et le traitement des pathologies des animaux.

Preuve de l’intégration de cette médecine dans le paysage du soin animal, le traitement médiatique de l’ostéopathie animale est très important. Le reportage ci-dessous en est un parfait exemple.

L’ostéopathie animale, une pratique complémentaire à la médecine vétérinaire.

Le corps d’un animal (comme celui d’un être humain) est composé de différents systèmes : respiratoire, digestif, musculo-squelettique, nerveux, circulatoire… L’addition de ces systèmes forment le corps. Ils communiquent ensemble et sont dépendants les uns des autres. De ce fait, une dysfonction sur l’un de ces systèmes peut avoir des conséquences négatives sur les autres.

Auxiliaire à la médecine vétérinaire, l’ostéopathie permet de soigner un animal en cherchant les causes d’un dysfonctionnement et non en abordant exclusivement les symptômes. L’ostéopathie aborde donc l’animal dans ensemble, l’approche est globale.

Système squelettique du cheval

Fondée sur le principe d’auto-guérison du corps, cette pratique aborde par des manipulations manuelles spécifiques les os, les tissus, les muscles, les articulations et les viscères afin de traiter une pathologie dans son ensemble, le tout dans le respect évident de l’animal.

L’ostéopathie animale permet donc de soulager l’animal de ses troubles fonctionnels. Son organisme récupère alors son potentiel de fonctionnement idéal pour lutter contre tout type d’agressions extérieures.

L’ostéopathie animale bénéficie d’un cadre règlementaire stricte.

Depuis 2017, l’ostéopathie animale peut être exercée par des ostéopathes non vétérinaires « dès lors qu’ils justifient de compétences définies par décret » et « qui sont inscrits sur un liste tenue par l’ordre régional des vétérinaires ».

L’ordre des vétérinaires a donc défini en 2017 le champ de pratiques de l’ostéopathe animalier :

« On entend par « acte d’ostéopathie animale » les manipulations ayant pour seul but de prévenir ou de traiter des troubles fonctionnels du corps de l’animal, à l’exclusion des pathologies organiques qui nécessitent une intervention thérapeutique, médicale, chirurgicale, médicamenteuse ou par agents physiques. Ces manipulations sont musculo-squelettiques et myo-fasciales, exclusivement manuelles et externes. Pour la prise en charge de ces troubles fonctionnels, les personnes réalisant des actes d’ostéopathie animale effectuent des actes de manipulations et mobilisations non instrumentales, directes et indirectes, non forcées. »

Article R.243 du décret n° 2017-572 du 19 avril 2017